Aller au contenu Accessibilité

La "Grenelle" de l'étang de Berre


Pétition


Sauvegarde de l'Étang de Berre
   Lettre aux représentants de la Nation.
  Mesdames et Messieurs les Élus de la République,
 Connaissez-vous l’Étang de Berre? Depuis longtemps, les habitants et les riverains de notre Étang dans
leur  grande majorité expriment   inlassablement   leur  volonté de  réhabilitation et   leur  attachement  à ce
milieu naturel hors du commun.
Demain, c'est-à-dire en moins d’une décennie, cette étendue marine, patrimoine commun « aquatique »
peut ressusciter grâce aux efforts des hommes, exactement comme elle a été détruite en un autre temps.
   L’étang de Berre est une mer intérieure de 155km², une des plus grandes d’Europe, entre le pays d’Aix
et la Méditerranée. Pendant plus d'un demi siècle elle a subit plusieurs pollutions qui ont perturbé sa vie
marine.
  Certaines de ces atteintes sont en passe d’être réglées, grâce à l’action associative de défense de l’Étang,
comme   notamment   les   rejets   des   eaux   usées   du   bassin   versant,   provenant   de   stations   d’épuration
obsolètes.
 D’autre sont toujours d’actualité comme la plus lourde de conséquences pour le maintien de la flore et de
la faune : La sortie dans l’Étang du canal EDF de la chaine Durance Verdon dont l’apport d’eau douce
chargée de limon est pour ce milieu salin une attaque constante qui augmente sa turbidité et empêche tout
développement de la vie de manière pérenne
   La cour européenne de justice a condamné la France pour cette pollution et a contraint EDF à diminuer
sa production de 600 millions de Kwh sur les deux centrales de Salon et St Chamas (d'une capacité de 1
Milliard de Kwh, soit une diminution des deux tiers de leur production)
 Cette mesure est un mieux, mais n’apportera pas de solution durable pour notre Étang.
 En outre elle prive la Région PACA, qui ne produit que 50% de l’électricité qu’elle consomme, d’énergie
renouvelable que l’on devrait remplacer par de l’énergie fossile représentant 800000 T de CO2. Mais aussi
provoque de graves perturbations dans le lit de la basse Durance qui n’est plus apte à recevoir le débit
d’eau non turbiné par les deux dernières centrale de la chaîne.
 La réactivité de ces deux centrales pouvant être démarrées en moins de 10 mn est nécessaire à la sécurité
de fonctionnement des 54 sites Seveso (industries chimiques et pétrochimiques) de la Région.
 Cruel dilemme et choix inacceptable, sacrifier une ressource durable pour en réhabiliter une autre ! Ou
fermer cette dérivation et provoquer un surcroit d'eau inadmissible par l'aval de la Durance.
 Sur la pression de l’action menée par les différentes associations et des élus riverains, la création d’un
Groupement d’Intérêt Public pour la Réhabilitation de l'Étang de Berre (GIPREB) a permis la mise en
place d’études scientifiques pour trouver une solution concernant cette problématique.
 Le choix d’une dérivation souterraine vers l’embouchure du Rhône, permettrait d’éviter tout rejet d’eau
douce et de limons dans l’Étang de Berre, de rendre les limons manquants à la Camargue via le Rhône
pour ralentir la disparition d’un vaste territoire entre l’embouchure du fleuve et les Saintes Maries de la
L’avantage d’un canal souterrain étant d’éviter toute atteinte à l’environnement, de s’affranchir dans
la plaine naturelle de La Crau des expropriations ainsi que de construction d’ouvrages disgracieux
pour  franchir  les  routes,  voies  ferrées  et  canaux.  A  la  veille  du  débat  environnemental  de
Copenhague,  il devient  impératif qu’EDF,  l’État français et  l’Europe s’engagent dans la réalisation
de cette dérivation pour la réhabilitation écologique de la plus grande mer intérieure d’Europe.Mer et de turbiner sans contraintes sur toute la chaîne des 16 centrales électriques suivant les besoins de
consommation.
 Tous les climatologues et autres scientifiques (GIEC) assurant que le dérèglement climatique entrainera
un manque d'eau dans la région, ce qui est arrivé ces dernières années dans le Var et la Drôme.
La solution préconisée, la seule durable, offrirait d'autres possibilités:
• Récupérer de l'eau douce pour les besoins du sud de la France.
• Amener à l'exportation d'eau vers d'autres pays.
 La proximité du port de Fos où arrivent des super tankers de 300 000T de pétrole et repartent à vide non
sans lester leurs ballasts d'eau de mer (que l'on retrouve en Méditerranée et ses plages lorsque le temps est
clément et que l'on peut alléger la charge).
 On pourrait remplacer l'eau de mer par de l'eau douce.
 Et pourquoi pas, dans le cadre d'un libre échange, repartir plein d'eau vers des pays qui ont du pétrole... 
mais  dessalent   l'eau de mer  avec  l'énergie  locale,  ce qui  augmente  les  prix de  revient  et  dégage des
quantités non négligeable de CO2.
  Mesdames et Messieurs,
  Nous  vous  demandons  de  vous   engager  dans  cette   réhabilitation,   comme  vous   le   réclame   tous   les
riverains de l'Étang de Berre et tous les citoyens attachés à la préservation écologique de notre patrimoine,
et à l'amélioration du rendement des énergies renouvelables, qui ont signé cette pétition


Haut Haut