Aller au contenu Accessibilité

Infos

Le FADA enfin à VITROLLES

Dernière modification : 13/01/2013

10 Janvier 2013

Christian au téléphone est clair, pas de vent. Vers 10H nous avons échangés, pour organiser le retour du FADA à Vitrolles.

Le FADA ce n’est pas moi, mais l’embarcation dénommé par la réglementation « engin de plage » qui m’a conduit en 2009 de Porquerolles à Calvi en 6 jours.

De son vrai nom, Flotteur Adapté à la Déambulation Aquatique, il s’agit en fait de deux canoës d’une place, reliés en catamaran avec, un mat, une voile et un dispositif permettant de le pousser en nageant.

Cet absence de vent me convient, pour faire les quelques kilomètres séparant la base nautique de Rognac  à celle de Vitrolles,  j’utiliserais la pagaie car à la voile en cette période de mistral et avec une eau à 7°, il vaut mieux éviter de tremper !

C’est un grand jour pour moi et pour les associations «  Volontaires de la Manille » et « Etang Maintenant » car depuis la traversée méditerranéenne notre embarcation au long court était SPF (sans port fixe)  et il est juste qu’elle retrouve sa commune d’origine.

A 14H Hubert me retrouve à Vitrolles  pour me conduire à Rognac et appareiller. Le temps a tourné et il y a un mistral violent et l’étang est déchainé il fait très froid mais il y a du soleil, Hubert me fais remarquer à juste titre qu’il serait plus simple d’utiliser la camionnette pour faire le transfert, mais bon, j’ai prévu par la mer, je ne vais pas faire mon « lâche » !

Cela fait bien un an que le bateau est au sec et il nous faut de longues  minutes pour le remonter, vérifier le matériel. Il y a le mât de 5 mètres. Mieux vaut le monter à poste, plutôt que de le sangler sur le radeau.

Alors, finalement, à monter la mature autant mettre la voile et y aller avec le vent !

Seuls problèmes : s’il se retourne, je ne pourrais pas le redresser, car il me manque le dispositif adéquat pour le faire et cet engin a deux gros défaut : en premier, il capote par vent arrière, précisément l’allure que je devrais utiliser et en second,  par fort vent il ne change pas d’amure par vent debout.

Il va donc pour assurer monter sur Berre par tribord amure jusqu'à niveau de la piste de Marignane et redescendre par bâbord amure vers la base de Vitrolles pour finir en vent arrière sur la distance la plus courte.

L’eau est fraiche, les vagues sont rapprochées et creusées mais, mon ami le FADA, se comporte bien et je réussi mes manœuvres, non sans quelques bouffées d’adrénalines, notamment aux virements de bord.

C’est vers 16h que je prends pied à Vitrolles attendu par l’équipe des Volontaires de la Manille.

 

 

 

 


Haut Haut